Denis Emorine – Triptyque vénitien/Triptic venetian

Le réputé écrivain français, Denis Emorine, offre, dans le volume de prose intitulé Triptyque vénitien / Triptic venețian, trois récits déconcertants, réunis au­tour des personnages placés sous le signe d’une Venise subjective, personnifiée, dont les mystères marquent irréversiblement leurs destins. Trois d’entre eux, presque kafkaïens, écrasés par les arcanes fantas­matiques de la cité-femme, passent, tour à tour, mais aussi brusquement et inexplicablement, la frontière fragile entre la normalité et l’aliénation pathologique.

Triptyque vénitienLa lagune avec ses repères emblématiques devient, ainsi, un liant affectif qui unit les trois panneaux alertes et vivement colorés du « triptyque » : « Pèlerinage », « La parure » et « Vers la source », qui, une fois joints, contournent, sous le prétexte d’une Venise extérieure bâtie de « pierre et d’eau », un jeu d’ombres et de lumières, un mélange de réalité et d’illusion, sous le signe desquels prend vie un autre triptyque, cette fois-ci intérieur, terne et troublé, né dans les méandres abyssaux du psychique humain.

Denis-EmorineTant l’acteur, de « Pèlerinage », que Christine, de « La parure » et Julien, de « Vers la source », des figures normales, quotidiennes, ayant des occupations habitu­elles, entrent, non seulement dans une ville, mais aussi dans une zone crépusculaire qui les domine d’une manière hypnotique, en leur dictant le comportement et les gestes, devenus, sans aucune explication logique, frénétiques et irrationnels.

Les héros de Denis Emorine, presque scéniques, manipulés, parfois, plutôt par la plume du dramaturge que par celle du prosateur, mais toujours habillés par le talent du poète, deviennent des personnes dans l’acception primaire du mot , car « Venise fut la cité des masques », égarées obsessivement parmi des ruelles et des passages flanqués par des murs hauts qui ne laissent aucune possibilité de « revenir en arrière », en proie à des angoisses existentielles dont les causes possibles ne nous sont pas dévoilées.

À travers une écriture alerte, avec des phrases courtes et saccadées, enchaînées naturellement et mises en évidence par le symbole et la métaphore, Denis Emorine crée de l’atmosphère, une atmosphère tendue et pleine de mouvement, en guidant nos pas à travers le labyrinthe tant de fois insipide et banal de l’existence de chaque jour.

© Christian Tămaș

 

ars longa


Anunțuri

Despre Christian Tamas

Orientalist, Writer, Translator (8 foreign languages: Arabic, French, English, Italian, Spanish, Portuguese, Irish, Catalan), Arts and Humanities Researcher
Acest articol a fost publicat în écrivains français, contemporary literature, dramaturges français, French literature, literatură franceză contemporană, littérature française, poètes français și etichetat , , , , , , , , , , , , . Pune un semn de carte cu legătura permanentă.

Lasă un răspuns

Completează mai jos detaliile tale sau dă clic pe un icon pentru a te autentifica:

Logo WordPress.com

Comentezi folosind contul tău WordPress.com. Dezautentificare / Schimbă )

Poză Twitter

Comentezi folosind contul tău Twitter. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Facebook

Comentezi folosind contul tău Facebook. Dezautentificare / Schimbă )

Fotografie Google+

Comentezi folosind contul tău Google+. Dezautentificare / Schimbă )

Conectare la %s